La photo fait du bruit, une déflagration dont l'écho se prolonge, et invente paradoxalement l'invisible silence des fêtes, des jeux, des pièces et des jardins.
Bernard Puissesseau
Photos100cibles par Clo..Photos, poésies,citations...

2012-05-25

L'oeillet ..Carnation

L’œillet s'inscrit dans notre mémoire collective et olfactive...Évocation nostalgique des baisers parfumés de nos grands-mères ou d'un coin de jardin de notre enfance.. Toutes ces effluves épicées de girofle poivrée ,aux notes d'une délicieuse sensualité ,ont conservés ,a travers les siècles ,leur puissant pouvoir de séduction..

Beaucoup de membres de cette immense famille sont nés de l'imagination de l'homme..les œillets n'en finissant pas de se prêter aux désirs et aux lubies de l'horticulture et de la botanique. Sophistication poussée a l’extrême pour les "Bizarres" du 18eme siècle ,a trois ou quatre couleurs ,délires pour les peintres avec les "Fantaisies" aux pétales striés ou mouchetés, regards du poète pour les "Nuancés" ,affaire de mode pour les "Picotees" ,aux pétales blancs ou jaunes ,margés d'une couleur contrastée, mais aussi recherche de simplicité pour les Unicolores et les Bicolores..
  L’étymologie du terme Dianthus-"Dios-Jupiter" et "anthus-fleur" ,témoigne de l'estime que lui portait les grecs... D'abord tressé en couronnes ceignant le front des athlètes triomphants de l'Antiquité ,on le retrouve aussi sur les enluminures des manuscrits du moyen-âge ,tandis qu'il se lançait a la conquête des jardins a la corne d'or ,et devenait un thème ornemental privilégié de l'empire Ottoman...

L'œillet est aussi utilisé dans la préparation des pots-pourris en raison de sa fragrance subtile, l'une des plus ancienne recettes de pot-pourri à l'œillet remonte à 1754 : Il y est conseillé de mélanger, dans un vase, des pétales d'œillets rouges avec des pétales de rose de damas, des fleurs d'oranger, de la marjolaine, du myrte, du thym de la lavande du romarin et une grosse pincée de sel marin.
 Le monde du parfum
  Paradoxal ,l’œillet s'annonce avec simplicité ,comme pour mieux dissimuler la complexité de sa famille,dont les membres rassemblent quelques trois cent mille individus issus d'environ trois cents espèces. La majorité des Dianthus seraient originaires du continent Européen ,d’où , une fois n'est pas coutume ,certains d'entre eux seraient partis ,coloniser l'Orient... Source ,"Les fiches thématiques de Courson"

2012-05-10

Coquelicots nouveaux

j'ai toujours pensé que la beauté du monde était destinée a nous faire oublier la brièveté tragique de nos vies...nous ne savons plus voir a quel point notre terre est belle..par exemple en nous livrant en brefs éclairs ces promesses d'éternité qui jaillissent d'un miroitement de feuilles de trembles dans le soleil,d'un tapis de coquelicots ondulant dans le velours des blés,d'une épaule de forêt appuyée contre le bleu du ciel,ou de la danse des flocons de neige papillonnant dans la nuit...C.Signol



Le monde vit...auprès de nous. Sans nous ou avec nous... Regardez le. Écoutez le. Il est source de bonheur, du vrai bonheur, celui qui éblouit et qui rassure, car il provient de la nuit des temps.Il représente notre vérité profonde,notre histoire , notre mémoire. Il est ce que nous sommes avant tout , puisque notre conscience est éclose avec l' univers....c.Signol..

Merci a tous , visiteurs et aminautes ,pour vos passages et pour la gentillesse de vos commentaires...:) je vous souhaite un bon weekend a venir...

2012-05-01

Iris ou la quete d'un possible bonheur

Anselme a passé son enfance dans le jardin maternel, sorte de Jardin d’Éden, accompagné de l’une de ses fleurs les plus mystérieuses, l’iris, dont le secret le reliait au cosmos.

À la puberté, l’adolescent, dont le père est absent, traverse une crise d’identité qui rompt la symbiose avec le jardin, l’iris, la nature.

En l’absence d’un guide pour accompagner ses transformations physiques, émotionnelles et mentales, il convertit sa quête intérieure en conquêtes extérieures : possession des femmes, du savoir, recherche de la réussite sociale.

Il suit le chemin habituel, devient un homme d’apparences, profondément coupé de lui-même et de ses émotions.

Mais, au sommet de sa réussite sociale, il se rend compte que son désir de bonheur est toujours insatisfait. Il lui manque, croit-il, encore «quelque chose» à posséder : une femme, une épouse.

Or, sur sa route, se présente la mystérieuse Iris qui, tel un maître zen, lui donne une magnifique leçon de vie, l’oblige à partir à la recherche de lui-même, à retrouver ses souvenirs d’enfance, sa mémoire perdue.

Puis elle disparaît, Anselme n’ayant plus besoin d’elle pour accomplir son oeuvre, étant «sur la voie».

Ce conte symbolique («iris» signifie «l’envoyée des dieux») et initiatique sur la quête du bonheur est un condensé de ce qui allait faire la réputation mondiale de Hermann Hesse. On y trouve son amour passionné de la nature, le thème de la quête de sa propre et véritable identité, avec ses crises existentielles, de la nécessité du passage par une vie d’errance et de la recherche d’une activité purement spirituelle.

resumé et commentaire de André Durand


Roman :"Iris" de Herman Hesse